Accueil / Entreprenariat / Comment lever des fonds pour une start-up ?

Comment lever des fonds pour une start-up ?

Un projet ambitieux, voire révolutionnaire, nécessite souvent des investissements conséquents qu’une start-up ne pourra pas financer. C’est dans ce sens qu’intervient la levée de fonds, mais encore faut-il convaincre les investisseurs de la pertinence du projet via le business plan, le pacte d’associés, la personnalité du dirigeant, etc.

Une préparation obligatoire

Tout d’abord, il ne faut pas recourir à la levée de fonds que lorsque le projet innovant et ambitieux promet un développement spectaculaire, voire une renommée internationale, dans un court délai. Dans ce sens, la recherche d’investisseurs se fait de la manière la plus rapide et la plus convaincante possible.

Du côté de la start-up, il faut entre autres justifier de 9 mois de trésorerie au minimum et afficher une « traction » réelle avec des métriques bien chiffrées (nombre de téléchargements, de visiteurs, d’inscriptions, de clients, accroissement du CA, etc.). Viennent ensuite les dossiers relatant le projet en général (executive summary / teaser et la présentation « live ») et en profondeur (business plan, états financiers avec les fonds recherchés, démonstration du produit).

Ces étapes préparatoires et dossiers ne sont qu’une partie du processus de quête de fonds afin que les investisseurs puissent étudier économiquement et financièrement le projet. Toutefois, eux seuls ne permettent pas de conclure l’affaire.

À la rencontre des investisseurs

rencontrer les investisseursUne fois les documents préparés, il est temps de « choisir » le type d’investisseur idéal et d’aller à leur rencontre. Lors de cette étape, la confidentialité est une condition cruciale dans la mesure où un seul mot sifflé aux concurrents directs peut faire écrouler tout le projet. Il faudra ainsi éplucher toutes les données concernant les interlocuteurs choisis, en vérifiant leur éventuelle relation avec un concurrent. Échanges de cartes de visite, signature d’un engagement de confidentialité en cas de dépôt de brevet, toute précaution n’est jamais subtile.

Ensuite, lors des argumentations, le dirigeant de la start-up doit être le premier à être convaincu de la réussite de son projet. Il devra également savoir prendre des risques, plus que les investisseurs via un fonds propre notamment. L’idée est de rester humble en évitant de gonfler les prévisions de ventes et CA par exemple, au risque de titiller la méfiance des interlocuteurs.

Il faudra donc montrer sa maitrise du domaine et son sens de l’anticipation pour « gagner de l’argent », une fin qui est après tout à la base de toute motivation des investisseurs. Enfin, n’oublions que la personnalité du porteur de projet compte plus que le dossier qu’il présente.

Voir aussi

Entreprises : comment se protéger des impayés ?

Dans une entreprise, il n’est pas rare de faire face à des imprévus, tels qu’une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *