Accueil / Energies / Que penser du gaz de schiste ?

Que penser du gaz de schiste ?

L’exploitation du gaz de schiste au début des années 2000 figure parmi les évènements les plus importants du secteur de l’énergie, s’il n’est pas le plus important. Mais si le gaz de schiste est considéré par beaucoup comme la solution aux nombreux problèmes du secteur énergétique (amenuisement des ressources, augmentation des prix du gaz, etc.), d’autres au contraire sont loin d’être en faveur de l’exploitation de ce gaz. Compte tenu de l’impact environnemental, économique et politique de l’exploitation du gaz de schiste, il est tout à fait normal que les avis divergent. Que faut-il penser du gaz de schiste dans ce cas ?

L’exploitation du gaz de schiste très controversée

De l’eau du robinet qui prend feu, impossible ? Eh bien plus maintenant. En 2010, le documentaire Gasland (un parmi tant d’autres) avait présenté les dangers auxquels étaient exposés les foyers environnants les sites d’exploitation du gaz de schiste. L’image la plus marquante de ce documentaire était la partie où l’on voyait un homme réussir à faire prendre feu à l’eau qui sortait de son robinet. Pour les principales victimes (les foyers, les fermiers, etc.), la cause de ce phénomène ne peut qu’être directement associée à l’exploitation du gaz de schiste, qui dégage d’importantes quantités de méthane (un gaz inflammable). Cette suspicion a d’ailleurs été confirmée par les scientifiques.

La technique utilisée pour l’extraction du gaz de schiste n’échappe pas non plus aux foudres des détracteurs et des militants écologistes. Ce qui est compréhensible sachant que celle-ci consiste à injecter dans le sol des quantités gigantesques d’eau et de sable pour libérer le gaz emprisonné sous les formations rocheuses. Les risques de cette technique sont alors la contamination de la nappe phréatique et l’épuisement rapide des ressources en eaux.

Des enjeux économiques qui ne profitent pas à tout le monde

Grâce à l’exploitation du gaz de schiste, les Etats-Unis ont réussi à devenir autosuffisants en gaz. Ce qui est loin d’être favorable aux autres puissances (Russie, Iran, etc.) et aux particuliers.

En effet, l’autosuffisance en gaz des Etats-Unis a entrainé un bouleversement de l’offre et la demande. Celui qui auparavant était l’un des plus gros acheteurs de gaz est actuellement l’un des plus gros vendeurs. Par ailleurs, si cette situation a tout de même permis de faire baisser les prix du gaz de moitié, les particuliers eux n’ont jamais pu en bénéficier, la fixation du prix du gaz n’étant pas du ressors des Etats-Unis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>