Accueil / Economie / Les terres céréalières berrichonnes attirent les investisseurs étrangers

Les terres céréalières berrichonnes attirent les investisseurs étrangers

La Chine a tendance à investir en France, elle a déjà eu l’occasion d’obtenir un club de football. Cette fois, les investisseurs ont décidé d’acquérir 1700 hectares de terres céréalières. Les Chinois ne sont donc pas seulement intéressés par le vin.

L’agriculture française attire les investisseurs de l’étranger

La France a tendance à être très attractive pour les acquéreurs chinois. Ils peuvent débourser des sommes astronomiques pour les produits laitiers ou encore le domaine viticole. Récemment, les investisseurs étrangers ont même jeté leur dévolu sur un club de football. Le FC Sochaux est officiellement passé sous le pavillon chinois en 2015. Désormais, ils s’intéressent au secteur de l’agriculture puisque ce sont près de 1700 hectares de terres céréalières berrichonnes qui ont été acquises en une seule fois par une société chinoise. Si cette information est susceptible de combler les attentes à l’étranger, ce n’est pas le cas du côté de la France.

Une société chinoise a pu acquérir 1700 hectares sans contrôle

En effet, la FNSafer (Fédération Nationale des Sociétés d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural) a décidé d’alerter l’opinion publique en révélant qu’il était désormais tout à fait possible d’acquérir 1700 hectares sans aucun contrôle. La pilule a un peu de mal à passer, car les services de cette fédération ont été avertis de cette transaction après la signature du contrat. Or, si un contrôle était au rendez-vous, elle aurait dû être sollicitée en amont. De plus, pour obtenir quelques informations, la FNSafer a été contrainte d’effectuer elle-même les recherches au niveau du greffe du tribunal de commerce.

Un fonds chinois a acquis ces terres en Société Agricole

Cette étude a permis de découvrir que ce sont trois exploitations qui ont été acquises il y a pratiquement un an. En tentant d’en apprendre davantage sur l’heureux propriétaire, la fédération a mis la main sur un fonds de gestion chinois. Ce dernier est situé à Hong-Kong, il a investi de l’argent dans cinq affaires dans l’Indre. Au préalable, certaines exploitations avaient attiré le regard d’autres investisseurs du côté de l’Angleterre et de la Hollande. Désormais, c’est le pavillon chinois qui se dresse sur ces terres berrichonnes.

L’achat est très spécifique puisque les Chinois ont questionné l’agriculteur sur ses dettes. Ils ont acheté ensuite toutes les parcelles en les passant dans une Société Agricole. Cette acquisition s’est effectuée ainsi autour de la vente de parts de sociétés qui a permis aux Chinois de ne pas redemander l’autorisation d’exploitation.

Voir aussi

Top 3 : les plus grosses fortunes de France

Les crises économiques et politiques fiscales sévères n’ont pas empêché la France d’abriter 67 milliardaires en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *