Accueil / Actualités / Le divorce à l’amiable, une solution équitable ?

Le divorce à l’amiable, une solution équitable ?

Mettre un terme à son mariage n’est évidemment jamais chose facile. Ce en quoi nous avons cru hier s’envole aujourd’hui et l’on doit faire table rase du passé. Ces situations sont complexes à gérer tant aux points de vue affectif et sentimental qu’aux points de vue juridiques et administratifs. Personne n’est jamais prêt à faire face à ce genre d’épreuve et il est souvent difficile de penser à tout. Dans cet article, nous vous proposons de faire le point sur le divorce à l’amiable, qui en France, reste le plus pratiqué et le plus rapide. Environ 60% des couples qui décident de mettre un terme à leur mariage en France choisissent le divorce à l’amiable. Alors, est-ce le meilleur moyen de se séparer ?

Le divorce à l’amiable, comment cela fonctionne ?

Il faut tout d’abord savoir qu’il s’agit là de la méthode la plus rapide et la moins coûteuse pour divorcer. En effet, il faut partir du principe que les époux sont d’accord en tout point de la rupture et de ses conséquences. De là, les époux peuvent faire appel au même avocat ce qui réduit évidemment la note finale. En revanche si la situation venait à devenir conflictuelle, les époux seraient obligés d’avoir un avocat chacun. La présence d’un avocat reste toutefois obligatoire, même si l’on pense souvent, à tort, qu’une procédure à l’amiable ne nécessite pas d’avocat.

La procédure en tant que telle peut se montrer très rapide puisqu’une seule comparution devant le juge sera nécessaire. L’audience devant le juge aux affaires familiales s’avère très rapide : il faut compter moins de 30 minutes. Le juge examinera les éléments et homologuera la décision si la convention respecte les intérêts des époux et des enfants.

garde enfant amiable

Comment se passe la garde des enfants ?

Comme nous le disions précédemment, le divorce à l’amiable est la meilleure solution pour les époux qui sont en bons termes malgré le désir de mettre fin à leur mariage. Dans ce cas précis, les futurs ex-époux devront décider de la solution la plus adaptée quant à la garde des enfants. Il est donc important que cette solution soit la meilleure pour le bien-être du ou des enfants : l’homologation de la convention en dépend. Si le juge estime que les intérêts des enfants ne sont pas suffisamment pris en considération, il est possible qu’il ne donne pas son accord. Dans ce cas, la décision sera ajournée et les parents devront présenter une nouvelle convention dans un délai de 6 mois maximum.

 

Voir aussi

erreur-teg

Réagir au plus vite lorsqu’une erreur de TEG est constatée

Les banques ne sont pas infaillibles, elles peuvent donc être à l’origine de quelques erreurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>